23 mars 2017

La semaine de l’Epargne Salariale, qui se tiendra du 27 au 31 mars 2017, est une initiative de Place conçue en partenariat avec l’AMF (Autorité des Marchés Financiers), l’AFG (Association Française de la Gestion), la Direction Générale du Travail, la Direction Générale du Trésor, le MEDEF, l’ANDRH, Finance pour Tous, FONDACT, Etc... A vocation exclusivement pédagogique, elle vise à faciliter la compréhension des mécanismes d’épargne salariale et à mettre en valeur ses nombreux avantages, à la fois pour les salariés et pour les entreprises.

Pour sa part, FONDACT a contribué à porter un message en direction des entreprises, rappelant les vertus de ces mécanismes.

Outre les évènements organisés pour l’occasion par les partenaires, une importante communication presse et réseaux sociaux sera mise en place pour promouvoir cette opération (UFC Que Choisir, Le Revenu, Mieux Vivre, l’Obs, l’Express, l’Agefi, Les Echos, Etc...), et encourager le trafic vers un site internet créé à cet effet, dont l’adresse sera communiquée par la presse.

Communiqué de presse du 22 mars 2017

Agenda

Club Entreprises à Lyon le 26 janvier 2017 de 17:00 à 19:00
Conseil d'Administration le 21 mars 2017 de 17:30 à 19:30
Club Entreprises le 21 mars 2017 de 9:00 à 11:00
Conseil d'Administration le 13 juin 2017 de 12:00 à 14:00
Assemblée Générale le 13 juin 2017 de 14:30 à 16:30
Michel Bon - Président de Fondact - Discours de clôture des Rencontres - 20/09/2016

Au temps de l'élection

Bien sûr, nous avons regretté que le Premier Ministre, à nouveau cette année, ne vienne pas conclure ces débats comme il l’avait prévu. Pourtant, ce que cette matinée a bien montré, c’est que le temps n’est plus à l’action, mais à l’élection. Ainsi, pendant un an, les différents mécanismes d’épargne salariale devraient rester stables, une première depuis au moins dix ans. Même si nous avons bien des idées pour améliorer les choses, ce temps de répit a ses avantages…

Mettons-nous donc dans le temps de l’élection. La table ronde qui vient de se dérouler aura permis à différentes sensibilités politiques de vous livrer leur analyse des problèmes de la société française et de vous détailler leurs propositions pour surmonter ces problèmes. Fondact n’a pas à en juger, ce sera aux citoyens de le faire. Mais Fondact a le devoir d’expliquer comment les outils qu’elle défend trouvent leur place dans le débat qui s’ouvre. En effet, beaucoup des thèmes qui vont structurer le débat électoral pourraient utilement se nourrir des solutions que propose Fondact.